mardi 25 mars 2014

75. (untitled)



Photo : R. Doisneau, La dernière valse du 14 juillet (1949)

En 2008, le 25 mars était (aussi) un mardi. Nous voilà, six ans plus tard, ayant eu environ "Trois cent trente-trois fois l'temps de bâtir un roman" 

dimanche 23 mars 2014

74. (Les enfants du jeudi *)

video

J'avais commencé par écrire un article sur mon rapport à la danse, ce qu'elle représente pour moi. Ça s'est transformé en roman-fleuve beaucoup trop long, raconter seize années de danse n'est pas des tâches les plus aisées. Hier, ma prof de danse moderne m'a envoyé cette vidéo, qui a déjà quelques mois, et dont la qualité est plus que pourrie, mais j'aime beaucoup cette choré, alors j'avais envie de partager un moment de répétition. 
Chorégraphie : Aurélie Martin. 
Musique : Philip Glass, Opening (Glassworks) 

* Les Enfants du jeudi est un roman de Rumer Godden, l'histoire d'un petit garçon qui commence la danse le jour où il assiste à un cours de sa grande sœur, et qui finit dans une grande école anglaise; j'avais adoré le lire, plus jeune. Titre que je reprends uniquement parce que, cette année, les cours de moderne ont lieu le jeudi soir.

lundi 17 mars 2014

73. (sunny & yummy Lyon)



D'abord, il y a eu l'attente, le décompte des jours - voire même des nuits : "Plus que trois dodos" - et puis le quai de la gare. Il y a eu ses boucles blondes et mon écharpe rouge, repérées de loin, une allusion à un mister R., et la petite balade jusqu'à L'Epicerie. Il y a eu un pichet de sangria, parce que la dernière fois c'était à Barcelone, il y a quatre ans, les tartines miam-miaoum - on prend toujours la même chose, puisqu'on ne change pas les vieilles habitudes - et les tartes qu'on a partagées. Il y a eu des bières au Kaffee Berlin, quelques larmes, beaucoup de projets, un "L'année dernière, vous nous aviez donné un numéro de portable ..." Il y a eu un p'tit déj festin, le meilleur moyen de commencer une jolie journée, une rencontre bicyclettée, la première glace de l'année chez Terre Adélice, beaucoup de selfies et une inscription sur Instagram pour @lavachesauvage



Il y a eu des pieds presque dans l'eau, un café en terrasse, un tour rue de la République et passage de l'Argue, quelques instants à bouquiner sur les quais de la Saône, avant de voir le soleil disparaître derrière Fourvière et de filer manger une Giardinù dans une pizzeria où il y avait un bébé qui ressemblait à ça (Pardon! Mais on a bien ri!) Il y a eu un premier cocktail à L'Antiquaire, puis un deuxième, parce que "Les messieurs de la table derrière vous offrent un verre...", il y a donc eu quatre Américains (mais pas à Paris), de l'absinthe et d'autres choses, un pub dans le Vieux Lyon et, enfin, un retour à l'appart. Il y a eu un atelier "Viennoiseries" chez InCuisine, qui a ravi les deux gourmandes que nous sommes, de très bons pains au chocolat - la fierté! -, beaucoup de café après ça, un très chouette livre de recettes végétariennes - encore Merci ;) - et puis une sieste. Il y a eu des gyoza et des ramen chez Yomogi, un passage à la Maison Mère, où j'ai pu boire un green beast, et ce mec qui nous a dit "Vous avez l'air de vous faire chier, mes potes aussi, faisons nous chier ensemble!" Il y a eu d'autres bars, d'autres verres, des concours étranges, une courte nuit, un passage au marché, des magnolias devant les Célestins et un autre p'tit déj festin, et une autre glace chez Terre Adélice - quand on aime on ne compte pas - et d'autres instants de bronzette, de lecture et de selfies, cette fois-ci sur les quais - déjà bien bondés - du Rhône. 

 

Enfin, il y a eu le quai de la gare, et puis un grand vide. 
Bref, il y a eu trois jours géniaux à Lyon avec Lea.